<<<   << . < ..Pages-paragraphes.précédents .                                                 . Pages-paragraphes.suivants.. > . >> . >>>

  1. Subdivision des clans & avènement de la révélation

Subdivision des clans et avènement de la révélation.

Attention ! ceci est une extrapolation personnelle partant des théories et constats de Durkheim. (les codes couleurs n'y sont plus valables)

Dans les clans primitifs le choix du totem échoit en fonction de la proximité géographique, semble-t-il, du clan avec l'animal totémique. Ensuite le totem se transmet par affiliation automatique soit par la mère, soit par le père, soit parfois par la proximité du lieu où la mère ressent les premiers effets de la grossesse (l'âme de l'ancêtre totémique pénétrant en elle alors).

Le totem et les obligations, qui sont associées, ne sont donc pas choisis mais hérités. Ceci dit "obligations" a ici un sens "naturel" : Elles font partie de l'ordre naturel des choses et vont de soi. L'autorité du totem y est vécu comme allant de soi, et non comme coercitive malgré les taboux associés.

Mais Durkheim note que les clans totémiques ont tendance à se subdiviser dès qu'ils deviennent trop importants ou trop étendus géographiquement. Cette subdivision donne un nouveau totem au nouveau clan, en général emprunté aux sous totems du clan d'origine : la céréale dont se nourrit l'animal du totem originel par exemple, voir un autre élément (la majorité des clans ont un totem animalier, ensuite viennent les totems végétaux, et loin derrière les totems d'une autre nature). Il y a ici une ébauche de choix, quoi que subordonné naturellement à l'appartenance à l'ancien totem. Ceci dit comme le clan passe pour avoir le caractère de son totem, on supposera que ce choix soit plus ou moins déterminé par la valeur positive du symbole qu'il représente, à moins d'être attribué lors d'un rituel religieux.

Chez les amérindiens un membre du clan peut avoir un totem personnel, et si souvent ce totem personnel lui est attribué par le shaman, il peut arriver que le novice soit amené à choisir lui-même son totem et généralement alors un totem aux valeurs positives tant qu'à faire. Il ne s'agit pas encore d'un choix délibéré proprement dit : Il reste subordonné à une sorte de "révélation" de l'impétrant lors d'une cérémonie religieuse. Elle lui vient bien du "dehors", et non vraiment d'un choix "intellectuellement" pesé... Mais l'inconscient ça existe aussi.

Les sociétés amérindiennes étant plus évoluées et diversifiées que les australiennes, certains de ces individus, ayant acquis un totem personnel et la stature d'un chef respecté, peuvent former une nouvelle lignée totémique se transmettant héréditairement. Ainsi dans cette culture on verra parfois la notion de totem personnel prendre le pas sur celle de totem collectif. C'est une révolution en terme d'évolution religieuse.

Mais ainsi, c'est la première ébauche de choix totémique basé sur l'idée de "révélation transcendantale".

On voit bien ainsi comment cette notion prendra de l'importance au fil du développement religieux dans le temps. Certains nouveaux clans apparaissant en se fédérant autour du totem personnel de chefs charismatiques tenant leur totem personnel d'une révélation.




Ce chapitre est parti des "révélations" de Durkheim mais n'en était que le prolongement logique.

Dorénavant, nous allons essayer de bifurquer pour tenter de comprendre la modernité religieuse : En termes sociologiques s'entend toujours, c'est à dire aussi en terme de valeurs laïques consacrées par le social.

 

<<< .<< .<..Pages-paragraphes.précédents                                                       . .Pages-paragraphes.suivants..> .>> .>>>

Retour à la pasta de mars

 

.