<<<.<<.<. Pages-Paragraphes-précédents . . . . . . . . . . . . . . . . . .  . . . . . . . . . . .  Pages-paragraphes-suivants ->.>>.>>>

 

Totémisme moderne (suite)

Pour Durkheim ce qui définit ce qui est religieux de ce qui ne l'est pas, c'est la différence entre sacré (choses investies d'un certain respect) et profane (choses ordinaires et banales).

Alors dans nos sociétés séculières et laïques on aurait tendance à penser que tout est quasiment profane.

Non Tant ! Non tant ...

Il y a toujours des choses investies de respect avec tabous et obligations afférents, qui définissent ainsi ce qui est sacré à nos yeux.

  • De fait déjà, les obligations légales et sociales définissent un domaine sacré : La collectivité nationale (la Nation, la Patrie, voir simplement la Démocratie). Même si on n'est pas patriote de chez patriote, on est français plus ou moins dans l'âme, voir même Ch'ti, breton ou auvergnat, toulousain, nancéain ou marseillais. Et on souscrit par ailleurs volontiers aux rituels scolaires de nos gamins, qui perpétuent la continuité de la société dans leur initiation aux rites et savoirs indispensables à s'insérer dans la communauté.
  • Travailler, même à la maison, est aussi un rituel d'appartenance à la société : Il "faut" se montrer utile à cette dernière. L'entreprise elle même codifie entièrement ses rapports sociaux, c'est une religion en soi pleine de tabous et obligations quasi sacrés.
  • Les règles de politesse formalisent aussi des clans délimités par des signes de déférences quasi religieux, On ne tutoie que la famille, ses amis, voir les membres de certains clubs ou organisations auxquels on souscrit, tout ceci définissant les clans auxquels on appartient. Et le clan est la base de tout investissement sacral. La solidarité de clan va de soi, et chacun se protège mutuellement des agressions extérieures.
  • Maintenant vous êtes peut-être fan d'une idole de la chanson (même pas trop connue), d'un monstre sacré du grand écran, Einstein, Henderson, voir vous êtes officionado d'une marque vestimentaire, parfum, ou de moto : Pas question de les vilipender devant vous sans réagir, c'est un devoir quasi sacré envers le totem. La bagnole c'est sacré... etc...
  • Vous même en tant que membre de la communauté avait droit à maints égards : Il nous faut prendre soin de nous, hygiène de vie, rasage, maquillage, et tout ce qui se rapporte à vous de même car "vous le valez bien". Si le totem est sacré, chacun de ses affiliés et sous représentations en font partie intégrante, et toucher à l'un d'eux c'est toucher au totem...
  • A supposer même que vous soyez anticonformiste, il vous faut alors souscrire aux rituels ostansibles de cet anticonformisme : c'est votre catégorie, votre définition sacré.

Bref tabous et obligations en tous genres délimitent le sacré pour chacun et son système totémique.

 

Mais, me direz vous, tout n'est pas sacré pareil pour tout le monde.

L'un est fan de l'Olympique de Marseille et des Beatles, l'autre de Michaël Jackson et de l'U.M.P. : Eh bien oui ! Nous n'avons pas les mêmes valeurs, et on peut avoir des religions différentes, ce qui est sacré pour l'un ne l'est pas forcément pour l'autre. C'est même la base du système tribal à l'origine, chacun fait partie d'un clan qui vénère son propre totem, qui indifère pourtant son voisin. Mieux cette cohabitation est nécessaire, dans la mesure où on ne devait pas se marier au sein d'un même clan à l'origine, et chacun des époux y gardait sa religion totémique d'origine : Apprentissage de la tolérance mutuelle obligatoire donc. Bref, une société polycultuelle et laïque (mixité et tolérante entre les différents clans) est des plus saines.

 Comment savoir ce qui est sacré  en soit ?

 C'est tout ce qui a une valeur démesuré : Un soldat va chercher un bout de tissu sous la mitraille, ne croyez pas qu'il a eu une envie pressante de se moucher, c'est juste un bout du drapeau national qu'il ne veut pas laisser tomber aux mains de l'ennemi : il ne risquerait jamais sa vie pour un simple bout de tissu, mais pour le drapeau sacré si !

 Idem, des fans d'un chanteur se battent pour un bout de tissu, dont ils arrachent chacun un bout, toujours pas de rhume des foins, le chanteur vient juste de jeter son écharpe dans le public.

 Des milliers de pèlerins viennent en pèlerinage voir un morceau d'étoffe, gardé religieusement à grand frais : C'est un saint qui avait le rhume des foins et s'est mouché dedans.

 Ne faites jamais une mauvaise plaisanterie sur la Harley d'un Hell's Angel si vous tenez à votre peau : l'objet est sacré...

 L'argent est un bon indicateur aussi : Si quelqu'un veut vous acheter un millier d'euro un gribouillis sur un papier tout chiffonné, ce n'est pas parce qu'il a perdu la tête, mais que c'est un autographe d'une célébrité totemisée. Aussi tout est plus ou moins sacré, parce ce que possédé par quelqu'un, donc investi d'une âme par lui, et chaque chose, chaque parole a une valeur différente pour l'un ou l'autre suivant qu'elle soit vécue comme sacrée ou profane par l'un ou l'autre... Et c'est plus ou moins, il y a des sous-totems qui ne sont que très vaguement sacrés, dont la valeur ne vaut même pas qu'on se baisse pour les ramasser?

Mais voyons voir de plus près ce qu'est un clan sacré : ...

 

<<<.<<.<Pages-Paragraphes-précédents . . . . . . . . . . . . . . . . . .  . . . . . . . . . . .  Pages-paragraphes-suivants ->.>>.>>>

Retour à la pasta de mars

.